Diane Blondeau

     Formée au piano classique et jazz au Conservatoire national de Nice, elle poursuit des études d’histoire de l’art et archéologie à Nanterre X. En 2012, elle obtient son DNSEP à la Villa Arson, école nationale supérieure d’art à Nice.

     Depuis quatre ans, elle est basée à Dijon où elle a obtenu un atelier de la ville à la Halle 38 et une aide à l’installation de la DRAC Bourgogne Franche-Comté, afin de monter son studio son et acquérir du matériel de captation sonore.

     Elle participe à de nombreuses expositions collectives : FROM AND TO au Centre d’Art de la Villa Arson à Nice et au Kunst Merano en Italie, Ah que la guerre est cubiste ! au Musée Fernand Léger à Biot, Ad Hoc avec le collectif Culbuto à La Station à Nice, Venice Beach Galaxy X-Gold pour le Printemps de l’Art Contemporain à Marseille… Elle obtient en 2019 la résidence Storefront au Frac Bourgogne à Dijon.

     Elle co-signe Talking Dance, un projet de pièces chorégraphiques sonores initiés par Valérie Castan. Elle réalise la création sonore des pièces chorégraphiques A la recherche du ______________ et Vous voyez ce que je veux dire de Bruno Freire au CCN de Montpellier, des pièces / performances Étalon par Défaut au MACVAL et Scruffy Shot au C-TAKT Dommelhof de Pauline Brun. Elle effectue également la régie vidéo sur Suite n°2 de Joris Lacoste.

     Parallèlement, elle collabore de près avec Chris Cadillac sur Las Vanitas, Claptrap et Cécile à différents postes – création sonore, video, régie générale et réalise des captations sonores pour des films d’artistes. Par ailleurs, elle développe un travail pédagogique en tant qu’artiste visuelle et sonore, lors de workshops avec différents publics, notamment en milieu scolaire.